Expo en cours

10 ans de création contemporaine

Du 01 Juillet 2020 au 21 Septembre 2020
IMPRIMER
PARTAGER

Depuis 10 ans, la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson conduit une ambitieuse politique de création contemporaine. Pour la première fois, une grande rétrospective réunit l’ensemble des œuvres réalisées au fil d’une décennie d’appels à projets, de commandes mécénées et de collaborations avec des galeries ou studios de design. Cette exposition exceptionnelle illustre l’incroyable modernité de la tapisserie d’Aubusson.

Mobilier, mode, design, projets monumentaux ou créations intimistes, les oeuvres présentées, signées par des artistes primés et sélectionnés, renouvellent entièrement l’image de la tapisserie.

 

Les œuvres présentées

Aux œuvres déjà emblématiques de la politique de création contemporaine de la Cité internationale de la tapisserie telles que “Peau de licorne” de Nicolas Buffe (Grand Prix – Appel à création contemporaine 2010), “Confluentia” de Bina Baitel (Grand Prix – Appel à création contemporaine 2012) ou encore “La rivière au bord de l’eau” d’Olivier Nottellet (3ème Prix – Appel à création contemporaine 2010), s’ajoutent des nouveautés encore jamais présentées au public, comme “Le Bain” de Christophe Marchalot et Félicia Fortuna, une oeuvre pensée comme un cabinet de curiosité contemporain, aux frontières du design de luxe, de l’objet-métier d’art, à la fois sculpture et installation. Pour la première fois, la collection de mobilier issue du travail de collaboration entre la Cité internationale de la tapisserie et le studio de design de Valérie Maltaverne sera dévoilée au public. Cette collection innovante de sept pièces, baptisée “Aubusson Tapestry : The Great Lady” renoue avec la tradition des grands ensembliers. L’exposition présentera aussi le travail de Raùl Illarramendi, le premier artiste à signer une oeuvre de la série “Carré d’Aubusson”.

 

Quels créateurs ?

Les créateurs présentés sont des artistes contemporains mais aussi des designers, architectes, créateurs de mode. Cette diversité répond au champ historique couvert par la tapisserie d’Aubusson : entre oeuvre d’art, objet d’art décoratif, élément fonctionnel et architectural.

Liste des artistes : Clément Cogitore, Mathieu Mercier, Nicolas Buffe, Marc Bauer, Jane Harris, Olivier Nottellet, Léo Chiachio, Daniel Giannone, Thomas Bayrle, Eva Nielsen, Christophe Marchalot, Félicia Fortuna, Raúl Illarramendi, El Seed, Benjamin Hochart, Cécile Le Talec, Pascal Haudressy, Marie Sirgue, Alessandro Piangiamore,  Antoine Carbonne, Diane de Bournazel, Capucine Bonneterre, Bina Baitel, Marie-Laure Bourgeois, Vincent Bécheau, Goliath Dyèvre, Quentin Vaulot, Christine Phung, Dagmar Kestner, Studio Valérie Maltaverne, Maroussia Rebecq, Kenza Drancourt, Lou Malta, Vincent Blouin, Ferréol Babin, Julien Legras, Sebastian Bergne, Sylvain Rieu-Piquet, Benjamin Graindorge

Infos pratiques

Centre culturel et artistique Jean Lurçat
Avenue des Lissiers, Aubusson

Horaires d'ouverture :
10h-18h tous les jours sauf le mardi : 14h-18h uniquement.

Tarifs :
Plein tarif : 8 € / Tarif réduit : 5,50 € / Gratuit pour les -18 ans. 

Le billet comprend l’entrée de la Cité internationale de la tapisserie. 

La Cité internationale de la tapisserie a mis en place des mesures sanitaires garantissant au public les meilleures conditions de visite.

Exposition "10 ans de création contemporaine" – communiqué

18.06.2020
IMPRIMER
PARTAGER

Réouverture de la Cité le 20 mai

IMPRIMER
PARTAGER

Chers visiteurs, 

La Cité internationale de la tapisserie rouvre ses portes le 20 mai.

* Les horaires d’ouverture restent inchangés.
* L'Atelier de tissage de la Cité réalisant actuellement une tapisserie d'après Tolkien est ouvert à la visite le mercredi à 11h et le jeudi à 15h, par groupe de 5 personnes.
L'Atelier du Mobilier national est fermé au public jusqu'à nouvel ordre.

Nous vous demandons de bien vouloir vous munir de votre propre masque lors de votre venue. 

Du gel hydroalcoolique et des lingettes seront à votre disposition à l’accueil du musée. 
Un marquage au sol a été installé pour faire respecter les distances de sécurité entre les visiteurs.
Des panneaux signalétiques rappellent également le respect des gestes barrières.

Nous vous remercions par avance de respecter ces mesures pour la santé de tous.

Nous nous réjouissons de vous retrouver très prochainement !

L’équipe de la Cité

Conference

La tapisserie d'exception et la création contemporaine

IMPRIMER
PARTAGER

Découvrez la Galerie Chevalier, vitrine parisienne de la tapisserie d'Aubusson, par Amélie-Margot Chevalier, co-directrice de la Galerie Chevalier à Paris.

La Galerie Chevalier est une célèbre vitrine de la tapisserie d'Aubusson, l'une des seules galeries se consacrant uniquement à l'art tissé. Elle y présente des tissages anciens et s'ouvre à la création contemporaine en soutenant de jeunes artistes. Éditrice de tapis et de tapisseries, elle vient notamment de travailler avec l’Atelier Catherine Bernet à Felletin. Sa devise (d'après Gio Ponti) : "Nous représentons le passé mais nous avons l’intuition de l’avenir".
La Galerie Chevalier est dirigée par Amélie-Margot Chevalier, aux côtés de sa sœur Céline Letessier. Amélie-Margot, spécialiste de la tapisserie moderne et contemporaine (membre de la Compagnie nationale des experts, du Syndicat national des antiquaires et du Comité des galeries d’Art), y assure la direction artistique et la recherche sur les pièces.

À l'occasion de cette conférence, Amélie-Margot Chevalier reviendra sur son travail d'édition avec des artistes contemporains, comme Mathieu Ducournau, sur sa participation aux grands rendez-vous comme le salon Art Paris (au Grand-Palais), le Fine Art Paris (Carrousel du Louvre), ainsi que sur ses expositions consacrées à des tapisseries d'exception d'artistes incontournables de la tapisserie comme Jean Lurçat, Maégot, Riberzani.

Mercredi 4 mars à 18h, amphithéâtre de la Cité de la tapisserie. Entrée libre.

Une conférence organisée par la Société des Amis de la Cité internationale de la tapisserie et de son musée.

 

 

 

 

 

Les actus de la cité

Une opération de financement participatif pour les tapisseries Tolkien

18.02.2020
IMPRIMER
PARTAGER
Echantillon de tissage pour la tapisserie Bilbo woke up with the early Sun in his Eyes, d'après JRR Tolkien. © The Tolkien Estate Ltd 1937.

Jeudi 20 février 2020, la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson lance une opération de financement participatif sur la plateforme Kickstarter, pour la réalisation de deux des quatorze tapisseries de la Tenture Tolkien destinées à entrer dans ses collections labellisées "Musée de France".

La Cité internationale de la tapisserie, Établissement Public Local gestionnaire d'une collection "Musée de France", est habilitée à recevoir legs et dons et délivrer des reçus fiscaux sur demande, permettant de faire valoir une déductibilité fiscale à hauteur de 66 % du don.

La Cité de la tapisserie poursuit la création de treize tapisseries murales et d'un tapis à point noué d’après des illustrations originales du célèbre auteur du Seigneur des Anneaux et de Bilbo le Hobbit,
J. R. R. Tolkien, dans le cadre de l’opération « Aubusson tisse Tolkien ». Avec huit tissages réalisés par les ateliers et manufactures d'Aubusson-Felletin, plus de la moitié des tapisseries ont vu le jour, et dont quatre ont été exposées dans la grande exposition que la Bibliothèque nationale de France consacrait à Tolkien jusqu'au 16 février dernier. Les œuvres sont visibles dans le parcours d'exposition de la Cité de la tapisserie au fur et à mesure des "tombées de métier".   

L'objectif est de retrouver les publics enthousiastes des deux grandes expositions Tolkien de ces deux dernières années à Oxford et à Paris (record de fréquentation pour l’exposition « Tolkien : Voyage en Terre du Milieu » à la BnF) .

Réalisant par ailleurs de nombreuses opérations pour la création contemporaine en tapisserie d'Aubusson avec de jeunes créateurs, la Cité de la tapisserie s'est fortement engagée dans ce projet et souhaite inviter aujourd'hui le plus grand nombre à en devenir acteur à ses côtés : participer à l'aventure de la réalisation de cette tenture monumentale, en finançant les tissages de la prochaine et de la dernière œuvre de l'opération, c'est soutenir la filière de production appuyée sur des ateliers et manufactures privés et leur grand savoir-faire.

En fonction de la dynamique impulsée par l'opération de financement participatif, il sera envisagé d'étendre la Tenture Tolkien en tissant de nouvelles œuvres, ainsi que le souhaite la Famille Tolkien.

2 scènes mythiques de Bilbo le Hobbit

Le tissage de Bilbo  woke up with the early Sun in his Eyes  (accessible au public de manière ponctuelle dans l'atelier de tissage de la Cité de la tapisserie) débutera en mars et sera révélée en juillet. Conversation with Smaug clôturera l'opération et sera libérée du métier à tisser à l'automne 2021.

L'objectif de financement est fixé à 100 000 euros. La campagne durera 30 jours et prendra fin le 20 mars 2020.

Retrouvez la page du projet sur Kickstarter :

https://www.kickstarter.com/projects/citetapisserie/aubusson-weaves-tolkien

Un premier "Carré d'Aubusson" pour la Cité de la tapisserie - communiqué

11.02.2020
IMPRIMER
PARTAGER

Les Horizons perdus, une installation de Delphine Ciavaldini - dossier de presse

11.02.2020
IMPRIMER
PARTAGER
Les actus de la cité

Une première œuvre pour la collection "Carré d'Aubusson"

10.02.2020
IMPRIMER
PARTAGER

La Cité internationale de la tapisserie lance sa nouvelle collection "Carré d'Aubusson", avec une première œuvre tissée d'après Raúl Illarramendi. Révélation le 14 février prochain.

La collection "Carré d’Aubusson", dont les œuvres sont destinées à entrer dans le Fonds contemporain de la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson, a l’ambition d’initier et de produire une série d’œuvres contemporaines en tapisserie, à l’échelle de l’habitat et du décoratif, d’une surface carrée d'environ 3,3 m² (1,84 m x 1,84 m), en lien étroit avec des galeries.

La direction artistique de la collection a été confiée à Mathieu Buard, commissaire d'expositions et professeur à l'École Duperré (Paris). Le premier artiste sollicité pour rejoindre le Fonds contemporain de la Cité de la tapisserie au sein de la collection "Carré d'Aubusson" est Raúl Illarramendi, dans le cadre d'une convention signée avec la galerie Karsten Greve (Paris). Le tissage de son "Carré", Détail inachevé - EA 236, confié à l'atelier Just'Lissières à Aubusson, sera libéré du métier à tisser le 14 février prochain au sein de l'atelier, puis présenté au public à 16h à la Cité internationale de la tapisserie.

Pourquoi la collection "Carré d'Aubusson" ?

Aujourd'hui la tapisserie de basse-lisse est présente dans de grandes galeries spécialisées, telles que Chevalier, Hadjer, Boccara ou Deroyan, qui ont déjà une clientèle captive. Avec la collection "Carré d'Aubusson", l'objectif est d'aller chercher des galeries d'art contemporain d'envergure internationale (la galerie Karsten Greve est présente à Paris, en Suisse et en Allemagne), qui peuvent s'intéresser à la tapisserie dans un contexte de plus en plus favorable aux arts textiles, pour l'intégrer dans ses expositions aux côtés des autres productions de ses artistes.

Après avoir identifié un artiste pressenti pour la création d'un "Carré", la Cité de la tapisserie sollicite sa galerie pour le financement d'une maquette de tapisserie. La galerie cède à la Cité de la tapisserie les droits de tissage du premier exemplaire (sur les huit possibles), dont la fabrication est assurée par le Fonds régional pour la création de tapisseries contemporaines. La Cité de la tapisserie met ensuite l'exemplaire à disposition de la galerie, ponctuellement, afin que l'œuvre soit présentée parmi les autres productions de l'artiste, dans le but de générer des retissages pour le compte de collectionneurs au sein des ateliers de la région d'Aubusson-Felletin.

Pour intéresser les collectionneurs d'art contemporain et correspondre à leur budget moyen, les coûts de production et le calendrier sont totalement maîtrisés, en amenant les artistes à appréhender la technique de la tapisserie, à maturer longuement leur maquette à travers des mini-résidences à Aubusson.

"Contrepoint aux appels à projets monumentaux que la Cité de la tapisserie réalise par ailleurs, chaque carré de tapisserie, par sa valeur patrimoniale et contemporaine, devient écran textile, fenêtre picturale, paysage tissé...

Dans cet ensemble particulier, la force décorative renoue avec l’usage traditionnel de la tapisserie, produit mobile et mobilier vertical, à échelle domestique : un format à la valeur immersive et, paradoxalement, à la mesure du quotidien.

La collection a pour objectif de mettre en œuvre des productions destinées à des accrochages de la sphère de l'intime. La sélection des artistes contemporains, dont la traduction du langage plastique interroge avec pertinence l’écriture du point de tapisserie, du textile dans son actualité et des qualités intrinsèques d’une image qui apparaît dans l’étoffe par le biais d'une transcription spécifique, viennent actualiser le médium.

Cette série d’œuvres se pense, dès la conception, au regard de la technique patrimoniale d’Aubusson et développe une vision prospective de la place de la tapisserie, interroge la qualité narrative, figurative, prise dans les enjeux actuels tels que le numérique, les questions de représentation, de dimensions et de définitions du visible."

Mathieu Buard.

 

L'artiste

Né en 1982 à Caracas, au Venezuela, Raúl Illarramendi a débuté sa formation artistique en 1998 comme assistant du peintre Felix Perdomo. Il est devenu membre du Circulo de Dibujo du musée d’Art contemporain de Caracas Sofia Imber avant d’aller étudier les beaux-arts et l’histoire de l’art à l’University of Southern Indiana, à Evansville, aux États-Unis. Son travail a reçu différents prix aux États-Unis et en France, le dernier en date étant le prix Jean Chevalier en 2011, récompense attribuée à un peintre de la région Rhône-Alpes ou des régions contiguës. Raúl Illarramendi vit et travaille à Méru, dans l’Oise, en France.

Les lissières

L'Atelier Just'Lissières est un atelier de tissage d'un nouveau genre, créé par plusieurs jeunes lissières diplômées du Brevet des Métiers d'Art "Art de la tapisserie de basse-lisse" en 2018, sous forme collective, avec un fonctionnement horizontal où chacune reste indépendante. En 2019, le collectif s'est vu confier la réalisation de l'œuvre C'est l'Aube de l'artiste eL Seed prévue pour le printemps  2020, ainsi que le premier "Carré d'Aubusson".

 

Expo en cours

La Galerie Tolkien

Du 01 Février 2020 au 31 Décembre 2020
IMPRIMER
PARTAGER

La « Terre du Milieu » s'installe à Aubusson ! La Cité de la tapisserie poursuit la création de 13 tapisseries murales et un tapis d’après des illustrations originales du célèbre auteur du Seigneur des Anneaux J. R. R. Tolkien, dans le cadre de la réalisation de la tenture-événement « Aubusson tisse Tolkien ». Les œuvres se déploient désormais au fil du parcours. 

La Cité de la tapisserie présente les tapisseries de la Tenture Tolkien au fur et à mesure de leur réalisation. Les espaces de circulation du rez-de-chaussée et du 1er étage présentent désormais les œuvres de la Tenture Tolkien. Fin février 2020, avec le retour des 4 pièces de la Tenture prêtées pour l’exposition « Tolkien, voyage en Terre du Milieu » à la Bibliothèque nationale de France, ce seront 8 œuvres qui seront à découvrir au cœur du parcours de la Cité de la tapisserie. 3 de plus les rejoindront au cours de l’année. Les tissages en cours se découvrent dans l’atelier de lissiers hébergé au 2e étage de la Cité.

Au programme de ce début d’année 2020, le lancement du tissage de Bilbo Woke up with the early Sun in his eyes et du tapis à point noué, le Numenorean Carpet.

Les actus de la cité

L'ouvrage "Les Horizons perdus"

29.01.2020
IMPRIMER
PARTAGER

Le 26 février 2020 paraît aux Éditions de l’Attente Les Horizons perdus de Jean-Daniel Baltassat et Stephen Horne – autour de l’installation artistique éponyme de Delphine Ciavaldini à la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson. À découvrir en avant-première à Aubusson et Felletin dès le 14 février.

Ce livre vient s’inscrire dans une toute nouvelle collection proposée par l’éditeur bordelais,  « L’art à lire » dédiée aux écrits sur l’art. L’ouvrage, bilingue français/anglais, est constitué d’un texte introductif poétique par Jean-Daniel Baltassat (traduit en anglais par Jennifer K. Dick) et d’un texte critique et didactique par Stephen Horne (traduit en français par Pascal Poyet), autour de l’œuvre in situ de l’artiste. Un cahier 16 pages d’images en couleur vient s’insérer dans le livre pour restituer la dimension visuelle de l’installation en fils de laine. Photographies de Zoé Forget.

 

Extrait (texte de J.-D. Baltassat, p. 7) :

Tôt dans l’histoire des humains les fibres

— lin laine chanvre jute

abaca kapok alfa genet

yack maguey ou sisal,

d’autres encore —

les fibres brins fils vibrent entre les doigts des femmes. S’étirent, se nouent, s’assemblent, tissent et tapissent le monde humain d’ouvrages de tisserandes discrètes, inventant déployant la première langue de nos tribus — géométries de lignes, plans, surfaces et torsions de brins — langue de notre conscience face au cosmos immense, mouvant, si terriblement énigmatique, si menaçant.

Les auteurs :

• Jean-Daniel Baltassat est né en 1949 en Haute-Savoie. Après des études d’histoire de l’art, de cinéma et de photographie, il devient de 1972 à 1979 directeur artistique pour différentes agences de publicité et maisons de mode. Dans le même temps, il crée une galerie/coopérative à Paris (1973/1977) « La Manivelle ». À partir du milieu des années 1980, il se consacre exclusivement à l’écriture, considérant l’écriture romanesque comme une « vie de métiers et un métier de vies ». Son premier roman, « La falaise », paru en 1987, figure dans la sélection du Prix Nocturne en 2014. Son neuvième roman, « Le Divan de Staline » (liste Goncourt 2013) a été adapté au cinéma par Fanny Ardant. Son dernier livre, « La tristesse des femmes en mousseline », est arrivé deuxième pour le prix Voix des lecteurs de Nouvelle-Aquitaine 2019.

• Stephen Horne est un critique d’art et commissaire d’exposition indépendant canadien. Il vit en France, dans la Creuse, et à Montréal, Canada. Ses commentaires et ses essais sont publiés à l’international dans des revues, des anthologies et des catalogues d’exposition. Comme professeur au Nova Scotia College of Art and Design et à l’Université Concordia, Stephen Horne a enseigné les arts médiatiques, la théorie et la critique. Ses publications récentes comprennent notamment des essais pour des catalogues du Musée des beaux-arts du Canada et du Musée d’art contemporain de Montréal.

Le livre est présenté en avant-première dans le cadre d’une rencontre-dédicace avec Jean-Daniel Baltassat, Stephen Horne et Delphine Ciavaldini à la médiathèque de Felletin (23) le 14 février 2020 à 18h30.

Infos pratiques

Fondées en 1992 à Bordeaux par Franck Pruja et Françoise Valéry au terme de leurs études aux Beaux-Arts, les Éditions de l’Attente publient une littérature poétique de recherche et de création qui s’invente et se renouvelle au croisement des genres littéraires : fictions poétiques, nouvelles, textes inclassables, œuvres oulipiennes, écrits d’artistes… Des écritures irriguées de pratiques et questionnements satellites : musique, sciences, cinéma, politique, arts plastiques ou numériques, écologie… révélant des visions du monde à la fois poétiques, critiques et philosophiques, souvent tragi-comiques, animant et questionnant une langue innovante et ancrée, usuelle et intellectuelle.

Leurs publications sont souvent supports de performances scéniques par leurs auteurs, ou supports d'ateliers en milieu scolaire, universitaire ou dans le cadre d’actions socio-culturelles auprès de personnes proches ou éloignées de la littérature : la poésie contemporaine a le potentiel d’ouvrir à la lecture et à l’écriture...

https://www.editionsdelattente.com/