Les actus de la cité

Le premier "tissage Tolkien" a débuté à la Cité de la tapisserie

21.12.2017
IMPRIMER
PARTAGER

Le projet « Aubusson tisse Tolkien », dévoilé début 2017, va encore se déployer sur les quatre prochaines années. Au cœur de la « ruche » de la Cité de la tapisserie, les visiteurs sont invités à découvrir la fabrication de l’exceptionnelle tenture Tolkien au fil des tissages tirés de 14 aquarelles originales du célèbre auteur de Bilbo le Hobbit.

La définition des grands principes techniques et esthétiques des futures tapisseries a été établie par le comité de tissage constitué de la cartonnière, d’un lissier référent et du conservateur de la Cité de la tapisserie.

Premier « tissage Tolkien », l’emblématique Bilbo comes to the Huts of the Raft-Elves, a débuté sur l’immense métier à tisser de la Cité de la tapisserie, mis à disposition de l’Atelier A2 (Aubusson) qui se voit confier ce premier tissage à la suite d’un appel d’offre. La tapisserie de près de 9 m2 « tombera du métier » le 6 avril 2018.

Un défi technique

Après une semaine consacrée au montage de la chaîne sur le métier à tisser, la responsable de l’Atelier A2 France-Odile Crinière-Perrin et ses deux collaboratrices Patricia Bergeron et Aïko Konomi, toutes deux issues de la formation de lissiers1, ont réceptionné les laines fournies par la Filature Terrade à Felletin et teintes spécialement pour le projet par le teinturier aubussonnais Thierry Roger. Pour éviter les disparités et créer l’unité de la tenture Tolkien, la Cité de la tapisserie a en effet pris le parti de fournir aux ateliers chargés des tissages les laines teintes selon les couleurs définies par le comité de tissage et qui seront communes aux différentes pièces.

Débuté au cours du mois de décembre, ce tissage représente un marathon. L’Atelier A2 sera rejoint en janvier par la lissière Françoise Vernaudon qui quittera son propre atelier le temps de cette réalisation. En février, des stagiaires de la formation de lissier seront également associées au tissage.

Au-delà de ce temps limité, les œuvres de la tenture Tolkien représentent un défi technique, car la manière de la tisser déterminée par le comité technique demande une certaine gymnastique aux lissières : renouer avec des techniques très peu usitées aujourd’hui. L’ensemble de la tenture sera en effet tissé selon les techniques qui étaient en usage à Aubusson et Felletin, et plus particulièrement au sein de l’École nationale d’Art décoratif (ENAD) d’Aubusson, à l’époque de la création par J. R. R. Tolkien de la majorité des aquarelles sélectionnées, soit entre les années 1920 et la fin des années 1930. Tisser à la manière d’Antoine Marius Martin – alors directeur de l’ENAD et que l’on considère comme un rénovateur fondamental de la tapisserie –, c’est utiliser uniquement des couleurs pures déclinées en valeurs différentes, des aplats et non des chinés, dans une écriture graphique très marquée par la technique du « battage2 ».

Le public est invité à suivre l’ensemble du processus à travers la visite de l’atelier, organisée chaque semaine les lundis, mercredi et jeudis à 15 h (en groupes accompagnés) ainsi que sur demande le samedi. L’espace de présentation du projet, sa genèse et le travail de préparation au tissage, restera quant à lui en place toute l’année 2018 au sein de la plateforme de création de la Cité de la tapisserie, qui accueillera également ce premier tissage après la cérémonie de la tombée de métier prévue le 6 avril prochain.

 

Découvrez le montage de la chaîne en vidéo :

 

1. La formation de lissier a été mise en place en 2010 par la Cité de la tapisserie et confiée au GRETA du Limousin. Depuis la rentrée 2016, elle a évolué en un Brevet des Métiers d’Art « Art de la tapisserie et du tapis de basse lisse » dont les enseignements sont dispensés au le centre de formation accueilli au troisième étage de la Cité de la tapisserie.

2. Le battage permet de faire interpénétrer deux couleurs par un tissage en hachures, donnant ainsi l’illusion de tons intermédiaires.